Alors que la police nationale est sollicitée pour garantir le bon déroulement des Jeux Olympiques, les contreparties promises semblent insuffisantes face à l’engagement total exigé. Pendant ce temps, nos appels à une revalorisation indiciaire, essentielle pour vivre dignement de notre travail, demeurent sans réponse.

Le discours présidentiel évoque une loi « historique » pour la fonction publique, prônant la reconnaissance du « mérite ». Cependant, ce projet ne répond ni à nos préoccupations salariales ni à nos conditions de travail. En effet, un plan d’économies de 10 milliards d’euros est prévu, affectant directement les ministères et les agents de la police nationale chargés de mettre en œuvre les politiques publiques.

 

La rémunération « au mérite » sera non seulement soumise à l’arbitraire des chefs de services mais ne répondra pas à l’exigence d’une rémunération juste, qui soit à la hauteur de notre engagement et prise en compte pour le calcul de nos pensions. De plus, nous réclamons des moyens adéquats pour mener à bien nos missions, dans l’intérêt des citoyens.

 

Pour mettre fin à la stigmatisation et à la dévalorisation croissante des personnels de la police nationale, ainsi que pour éviter une stagnation salariale, nous appelons à une journée de mobilisation le 19 mars prochain. Tous les agents sont encouragés à se joindre à cette action, y compris par la grève, afin de faire valoir nos revendications légitimes.

 

Il est temps que le gouvernement reconnaisse pleinement la valeur de notre travail et garantisse des conditions de travail dignes pour les agents de la police nationale.

 

Rejoignez-nous dans cette lutte pour une police nationale respectée et valorisée !